***** English version below *****

A l’issue de la deuxième réunion de négociation qui s’est tenue jeudi 21 février, nous en savons désormais un peu plus sur les intentions de la Direction et sur sa volonté de bouleverser notre modèle de politique salariale.

Clairement, elle s’inscrit dans l’air du temps qui conduit un peu partout les décideurs à casser les codes, y compris ceux qui ont fait la preuve de leur efficacité.

A ce jeu ne prend-elle pas beaucoup de risques, alors que le climat social au sein d’AIRBUS s’est installé depuis son origine dans un modèle de responsabilité et de pratique sociale sans égal ?

Ce modèle AIRBUS est fondé sur un dialogue permanent, porté par FO, syndicat véritablement responsable et représentatif.

A FO, nous pensons que casser ces codes, c’est aussi prendre le risque de casser la performance qui a fait d’AIRBUS le leader mondial de l’aéronautique, dans un pays qui a pourtant vu disparaitre la presque totalité de ses emplois industriels.

La crise sociale qui traverse actuellement notre pays démontre par les faits ce qu’il en coûte de l’absence de dialogue, de concertation, du respect des corps intermédiaires et du respect de la parole donnée. Elle démontre aussi le besoin de reconnaissance qui permet de bien finir les fins de mois et de se projeter vers l’avenir !

Par conséquent, le devoir de FO à cet instant de la négociation salariale, c’est de ramener chacun au sens des responsabilités qui s’impose, dans un contexte national pour le moins troublé et qui concerne aussi l’ensemble des salariés d’AIRBUS.

Si AIRBUS dispose d’un carnet de commandes conséquent, il n’en demeure pas moins que nous aurons besoin de l’engagement de Toutes et Tous pour garder notre place de leader… Et si les actionnaires méritent la reconnaissance de leur investissement, alors les salariés méritent encore plus la reconnaissance de l’extraordinaire performance qui les conduit, chaque année, à battre de nouveaux records de compétitivité et de productivité.

A FO, nous considérons que nos accords salariaux ne sont pas un frein mais qu’ils sont au contraire le moteur de notre performance industrielle. Si des économies sont à faire, nous invitons nos dirigeants  à chercher ailleurs !

En conclusion, si changer notre modèle de rémunération ne vise finalement qu’à dissimuler une volonté d’en baisser le coût, alors il ne faudra pas compter sur FO pour accompagner cette stratégie.

En revanche, si nos dirigeants veulent véritablement assurer la prospérité de notre groupe, de ses marchés, de ses produits au profit de l’ensemble de ses acteurs, salariés comme actionnaires, alors FO sera en première ligne pour y contribuer… Mais cela doit commencer par l’établissement d’une politique salariale 2019 digne de ces enjeux !

FO, LE SYNDICAT RESPONSABLE

*********************************************************************************************

After the second round of wage negotiation meeting held on Thursday February 21st, we now know a little more about the intents of the Management and its willingness to upset our salary policy model.

Clearly, it is part of the current climate that leads everywhere decision makers to break codes, including those who have proven their effectiveness.

Does not the Management take a lot of risks, whereas the social climate within AIRBUS has been established since its origin in a model of responsibility and social practice without equal?

This AIRBUS model is based on a permanent dialogue, driven by FO, a truly responsible and representative union.

FO believes that breaking these codes means also taking the risk of breaking the performance that has made AIRBUS the world leader in aeronautics, in a country that has yet seen the disappearance of almost all of its industrial jobs .

The current social crisis in our country demonstrates the cost of the absence of dialogue and respect for the intermediary bodies. It also demonstrates the need for recognition that makes it possible to plan for the future!

Therefore, the duty of FO at this moment of wage bargaining is to bring everyone back to the sense of responsibility that is required, in a national context for the least troubled and which also concerns all employees of AIRBUS.

If AIRBUS has a large order book, the fact remains that we will need the commitment of All the employees to keep our leading position… And if the shareholders deserve the recognition of their investment, then the employees deserve even more recognition of the extraordinary performance that drives them, each year, to break new records of competitiveness and productivity.

FO considers that our wage agreements are the engine of our industrial performance. If savings are to be made, we invite our leaders to look elsewhere!

In conclusion, if changing our salary policy model aims ultimately at lowering labour costs, then we should not rely on FO to support this strategy.

On the other hand, if our leaders really want to ensure the prosperity of our group, its markets, its products for the benefit of all its actors, employees as shareholders, then FO will be on the front line to contribute… But this must begin by setting a 2019 salary policy worthy of these issues!

Pin It on Pinterest

Share This