Mois après mois, les hausses de tarifs et les ajustements de prix se succèdent. Certaines revalorisations risquent, d’ailleurs, de peser considérablement sur votre portefeuille. Et ce, dès le 1er juillet 2018.
Cigarettes et tabac à rouler : une nouvelle hausse des prix

Si le prix moyen du paquet de 20 cigarettes reste stable à 7,90 euros, les tarifs des références les moins chères vont augmenter, comme l’indique le site officiel de l’administration française. En effet, certaines marques avaient maintenu le prix du paquet à 7,50 euros. Ces prix seront ajusté à 7,70 ou 7,80 euros. En pratique, compte-tenu des multiples hausses de prix survenues jusqu’à aujourd’hui, les tarifs sont compris entre 7,60 et 9,30 euros. Près d’un paquet de 20 cigarettes sur deux coûte au moins 8 euros, indique service-public.fr. Une blague de 30g de tabac à rouler coûte entre 9,60 euros et 11,10 euros. 70% des références coûtent au moins 10,40 euros. Ces hausses successives visent à aboutir à un paquet de cigarettes à 10 euros d’ici 2020. D’autres hausses viendront donc alourdir le prix du tabac. Le ministère des Solidarités et de la Santé affiche une volonté de réduire sa consommation.

Limitation de vitesse à 80 km/h

C’est l’une des mesures les plus controversées du gouvernement. Le décret abaissant la vitesse maximale autorisée sur les routes secondaires entrera en vigueur ce dimanche 1er juillet, comme le rapporte Dossier Familial. En pratique, l’intégralité des 400 000 km de routes nationales et départementales à double sens sans séparateur central seront touchés. Ce ne sera pas le cas des sections de route à quatre voies, où il est possible de dépasser sans pénétrer la file du sens opposé. Les routes à trois voies suivent le même modèle : la limitation de vitesse sera de 90 km/h pour les deux voies allant dans le même sens et de 80 km/h pour la dernière. Naturellement, la limitation s’applique à tous les véhicules et tous les conducteurs. Il sera d’ailleurs possible d’être flashé, dès l’entrée en vigueur du décret. Si c’est le cas, vous devrez vous acquitter d’une amende de 68 euros, en plus de perdre un point sur votre permis. Si votre excès de vitesse, dépasse 20 km/h, l’amende peut être comprise entre 135 et 1 500 euros, avec potentielle suspension de permis, voire confiscation immédiate, précise le site officiel de l’administration française.

Gaz : une probable hausse de 6,5% ?

Dans son rapport annuel, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) préconise une hausse de 6,5% du tarif réglementé du gaz. Toutefois, avant d’entrer un vigueur, l’avis émis par la CRE doit faire l’objet d’un arrêté ministériel, rappelle Cnews. Les tarifs réglementés ayant été jugés contraire au droit européen par le Conseil d’Etat l’année passée, ils devraient être supprimés d’ici 2023, précise le site d’information.

Forfaits touristiques : une meilleure protection pour les clients

En matière de forfaits touristiques, les fraudes sont multiples comme le rappelait Planet. Pour les contrer un décret du 29 décembre 2017, qui doit entrer en vigueur ce dimanche 1er juillet, force les opérateurs de ventes de voyages et de séjours à forfait à mieux informer ses clients. Comme le précise le site service-public.fr, les nouvelles dispositions prises par ce décret obligent les opérateurs à vous informer sur différents sujets, parmi lesquels la destination, l’itinéraire, la période de séjour et le nombre de nuités. La langue dans laquelle les services seront fournis, la présence ou non de repas font également partie des informations auxquelles les vacanciers ont désormais droit.

Versement transport en Île-de-France : hausse des taxes

A compter du 1er juillet 2018, les entreprises installées en Île-de-France et comptant au moins 11 salariés vont devoir payer une taxe sur la rémunération de leurs employés : le versement transport. Comme l’indique le quotidien national Les Echos, cette taxe vise à financer les transports en commun franciliens. Cette taxe devrait augmenter progressivement jusqu’en 2021 pour les entreprises de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Au 1er juillet 2018, le taux passera de 2,12% à 2,33%, rapporte le quotidien.